Les témoins des insurgés

Les souvenirs de Jolanta Kolczyńska « Klara », l'agent de liaison du groupement «Chrobry II»









Jolanta Zawadzka-Kolczyńska le nom de jeune fille Zawadzka
née 16.11.1928 à Varsovie
soldat de l’Armée de l’Intérieur, l'agent de liaison, pseudonyme «Klara»
sixième compagnie «Jeremi»
groupement de l’Armée de l’intérieur «Chrobry II»




         Je suis née le 16.11.1928 à Varsovie. Ma famille était typique intelligentsia.Mon père Stanisław était professeur d'économie, ma mère Gabriela était peintre et professeur. Mes oncles avaient des postes de responsabilité. L'un d'eux était directeur de l'Institut pour les sourds et aveugles et deuxième était conservateur scolaire de district de Varsovie.



Stanisław i Gabriela Zawadzki, Zakopane, 1938

         Avant la guerre nous vivions dans des belle maisons, d'abord dans la rue Grójecka , puis la rue Filtrowa, le quartier Ochota. J’étais à une école privée de Wanda Posselt Szachtmajerowa. L'école a été fondée en 1908 par cinq sœurs qui se trouvait d'abord dans un ancien bâtiment loué dans la rue Chmielna. En 1930, le maréchal J. Piłsudski lui-même fait une pierre angulaire de la nouvelle école située dans la rue Radomska, le coin de Białobrzeska. Dans deux ans, une école magnifique moderne a été construite dans cet endroit. Même en PRL (La République populaire de Pologne) elle dépassait avec sa fonctionnalité l’école de 1000 ans construit à côté. L'école réalisait des études sur le niveau de l'école primaire au lycée. Après la construction d'un nouveau siège l'organisation de l’école a changé. L’école primaire est restée une école privée mais le collège et le lycée sont transformés en la Fondation de Wanda de Posselt Szachtmajer.
         Les élèves de l'école (c'était une école pour les filles) étaient fiers d'être les seules en Pologne, portaient des uniformes verts.



L'uniforme scolaire vert

         Dans le magasin de frères Jabłkowski dans la rue Bracka, il y avait un étage entier où ils ont vendu des uniformes de notre école. Les uniformes d'hiver étaient de laine, de soie pendant l'été,et en plus les blouses blanches de cérémonie avec des manches longues. Les étudiants ont également portaient des manteaux verts avec d'astrakan collier gris pendant l'hiver. Les costumes de cérémonie on a porté même à la Première Communion.



Le costume scolaire de cérémonie

         En plus on avait des manteaux verts et des bérets fabriqués avec 6 pièces comme des mandarins avec un timbre - un trèfle brodé avec une fil d'argent.
         Les filles d’élite de Varsovie allaient à cet école. Les filles de Joseph Pilsudski, mademoiselles Branickie de Wilanów, des filles des propriétaires, des directeurs de banque, les propriétaires d'usine étaient les élèves de cet école. Avec son élitisme l’école était très démocratique. C'est la raison pour laquelle la directrice a introduit les uniformes scolaires. Fourrures et vêtements coûteux devaient être à la maison. A l’école les uniformes étaient obligatoires.
         Au début de la guerre,j'ai terminé quatre classes de l'école primaire. Les Allemands ont occupé le bâtiment scolaire. À la suite de demandes de la directrice ils ont laissé les halls d'exposition qui étaient disposés un au-dessus de l'autre: la géographie et les sciences naturelles, physique. Ils étaient sur le coin du bâtiment avec une entrée séparée. Dans ces salles on effectuait les leçons qui étaient interdits, comme l'histoire, la géographie et l'anglais. Les activités ont été également effectués dehors l'école. C’étaient en particulier les classes de collège.
         L'enseignement était menée dans des maisons privées. Comme la plupart de mes amis avait un grand appartement, les cours étaient faits là-bas. Un avantage supplémentaire de ces appartements était le fait qu'ils étaient équipés de deux entrées. Si les Allemands voulaient entrer par la porte d'entrée de l'escalier il y avait la possibilité d'une sortie d'urgence du logement par la porte dans la cuisine. Les cours ne pouvait être fait chez moi pour des raisons que je vais vous expliquer suivant.
         L'enseignement à l’école pendant l'occupation durait jusqu'au déclenchement de l'insurrection en 1944. Pendant cette période on a passé 135 baccalauréat, qui ont été vérifiées immédiatement après la guerre. Toutes les filles qui passaient un baccalauréat conspiré, ont après reçu les baccalauréats d’État. À l'école, l’équipe de scout 16WDH était très active.
         Le 10 mai 1940, mon père a été arrêté par Gestapo pour avoir organisé la fête de 3 mai. Il était premièrement au Pawiak, puis a été déporté à Auschwitz et Buchenwald. Pendant 5,5 ans il était prisonnier dans les camps de concentration dans des conditions très difficiles. Au Auschwitz, il a organisé le mouvement de résistance. Il n'a survécu que grâce au organisme fort. Dans le camp,il a été opéré du poumon. Elle a été faite avec un couteau de cuisine par le professeur Rudolf Diem qui après la guerre pendant plusieurs années était un médecin. Un organisme fort du père, qui avait un peu plus que trente ans, a survécu l’opération dans des conditions extrêmes. Après une opération le matin,soutenue par ses amis mon père se tenait pendant l'appel du matin. Il ne pouvait pas tomber sinon il serait tombé sur une pile de cadavres.
         Les premiers transports de prisonniers à Oswiecim (Auschwitz) a commencé en 1940. Le 14 Juin 1940 le premier transport de Tarnów est parti à Auschwitz. Il y avait beaucoup de jeunes garçons qui voulaient s'enfuir en Hongrie et ont été capturés par les Allemands. Généralement, ils étaient lycéens. Ils ont été amenés en même camp que des bandits. Ils sont allés à Auschwitz ensemble. Le camp d'Auschwitz a été établi pour les Polonais. Pendant 2 premières années il y avait seulement des Polonais. C'est en 1942 et 1943 est apparu les premiers transports de Juifs de différents pays: Belgique, France, etc. Les deux premières années dans le camp étaient seulement les prisonniers politiques et criminels. Les deux premières années dans le camp il y avait les prisonniers politiques et des criminels. Puis après des Juifs des Polonais sont venus capturés au cours des attrapages.

         [Łapanka (littéralement attrapage) était le surnom donné aux rafles dans la rue pratiquées par les autorités d'occupation allemandes en Pologne occupée durant la Seconde Guerre mondiale. Dans les Łapankas, les forces des SS, de la Wehrmacht et de la Gestapo arrêtaient des civils dans les rues des villes polonaises et les plaçaient en détention. La plupart d'entre eux étaient immédiatement exécutés ou envoyés dans divers camps de concentration ou d'extermination. A.B.]

         Après l'arrestation de mon père avec ma mère on a dû quitter notre appartement dans la rue Filtrowa 73 coin de Raszyńska. Une famille Volksdeutsche l'a occupé. L'appartement avait beaucoup de meubles anciens, y compris les meubles du Château Royal. Un ami de mon père, professeur Lorentz les a déposés chez nous les sauvant du château brulé en 1939. Dans le salon il y avait les meubles magnifique du château. Tout cela a été pris par Volksdeutsches. Ils nous ont jeté dehors avec une valise à la main.
         Avec ma mère nous habitions aux maisons différentes. En 1942 après la liquidation du grand ghetto, l'Union des enseignants polonais ont organisé deux maisons (qui avaient appartenu à des Juifs) dans la rue Pańska 5 et 6. Des familles qui avaient été expulsées de leur maisons, ont été logées dans ces maisons. Elles venaient d'arrondissements différents de Varsovie. Nous avons reçu un petit appartement dans la rue Pańska 6 où nous avons habité jusqu’à l'Insurrection.
         En 1942 à l’âge de 14 ans j'ai commencé travailler dans la conspiration. Mes cousins plus âgés ont déjà travaillé en secret pendant un certain temps. Ma mère aussi a été impliquée dans la conspiration. Ma tâche consistait à transporter des armes. J'étais une petite fille. Un avantage supplémentaire était ma connaissance de l'allemand. Avant la guerre, j'avait eu un baby-sitter Greta dont la langue maternelle était allemand.




Kennkarte,1943

         Avec mon amie nous transportaient des armes de Varsovie à destination du forêt Koziennicka où des partisans stationnaient. Comme un moyen de transport on utilisait ...un bateau navigué entre Varsovie, Pułtusk, Puławy et au-delà. De la maison quelque part dans la rue Wolłska où il y avait l’entrepôt d'armes on prenait deux colis un pour chaque main. On montait au bateau qui naviguait la nuit et surtout pendant l’été. Nous nous sommes installées avec les colis à l’étage supérieur parmi une groupe de personnes, principalement des commerçants. Parce que chacun d'eux avait aussi avec lui des divers paquets, nous n'attirions pas une attention spéciale.
         Le bateau arrivait au village Ryczywół près de Świerze Górne dans le bois Koziennicki (maintenant il ya une centrale électrique). Un couple local profondément impliqué dans la conspiration nous aidait sur la route. Sur place nos yeux étaient attachés avec un chiffon et nous étions conduites au forêt où les partisans stationnaient. Ces opérations ont eu lieu de 1942 à 1944.
         Le 1 août 1944 après quand l'insurrection a commencé avec une amie je suis allée à point le plus proche des insurgés dont le commandant était lieutenant «Jeremi», le commandant de la compagnie dans le bataillon d'assaut AK «Chrobry II». Démarrage de l'insurrection a surpris les habitants de Varsovie. Les gens étaient dans des trams et des bus quand le combat a éclaté. Lorsque les tirs ont commencé, les civils se cachaient dans les portes en panique. Des tirs ont été entendus dans différents quartiers. La lutte a commencé au Żoliborz 2 heures plus tôt.
         Avec une amie nous avons été assermentées par le lieutenant «Jeremi» le commandant de la sixième compagne du bataillon «Chrobry II». J'ai choisi le pseudonyme «Klara». Tout au long de l'Insurrection, nous étions les agents de liaison du commandant. Le groupement AK «Chrobry II» a été créé après le début de l'Insurrection de Varsovie. Initialement ils ont adopté le nom de «Chrobry». Trois jours apres ses commandants ont appris dans la rue Twarda qu'il existe déjà un groupement du même nom créé plus tôt pendant l'occupation. Telle était la spécificité de l'activité secrète. Dans cette situation, le groupement nouvellement formé a adopté le nom «Chrobry II». Le groupement «Chrobry I» au début combattait à Wola, puis au passage Simons dans la vieille ville où il a subi de lourdes pertes puis dans le centre-ville (Śródmieście).
         Notre premier poste était un énorme bâtiment dans la rue Wielka 23 en face de la rue Pańska où il y avait notre commandement. Puis nous avons été dirigés vers l'usine dans la rue Grzybowska 25. C'était une immense usine de lits métalliques et d'équipements médicaux, c’étaient des bâtiments énormes avec deux cours. Maintenant il y a un hôtel «Mercure». On a rejoint un troupe qui avait quelques problèmes. En face étaient des Allemands.



Les soldats de la compagnie de «Jeremi» dans la cour d'usine de Jarnuszkiewicz
Troisième de gauche Jeremi, troisième de droite J. Kolczyńska

         La compagnie a combattu là-bas pour empêcher les Allemands de Śródmieście. Les positions allemandes étaient très proches, on pouvait entendre des conversations et des commandes. Un jour à la suite de fausse alarme le commandant m'a dit de courir vers Śródmieście et informer les renforts. Je traversais la rue en feu au deux côtés. Je suis arrivée et ensuite quand je suis revenue il s'est avéré que j'avais risqué inutilement parce que l'alarme était fausse. Le commandant était vraiment désolé et heureux de me voir vivante.
         La situation n'était pas claire. Nous ne savions pas les forces de l'ennemi. Les Allemands a gagné les Hale Mirowskie. Il y avait un terrible massacre. L'ennemi a tué les hommes, les femmes et les enfants dans les halles. Puis ils se sont approchés de la rue Grzybowska. Nous avons essayé d'obtenir la maison sur le côté pair de la rue, Grzybowska 16. Il y avait deux cours là-bas. Nous sommes passés par la première cour pas attaqués, il y avait un silence complet. Nous sommes entrés dans la deuxième cour-la même chose. Quelques instants plus tard, il s'est avéré que les Allemands nous attendaient dans quelques appartements individuels. Quand nous étions dans le milieu de la cour, ils ont commencé à tirer. Nous avons dû se retirer.
         Dans la cour resté le commandant d'un groupe de partisans «Ponury» de Montagnes Swiętokrzyskie qui ont venus à Varsovie et ont pris part à l'Insurrection. Son commandant - Bronek Sianoszek - n'est pas sorti avec nous. Quand après l'action ratée on a vérifié l’état de la brigade on a aperçu qu'il manquait une personne. Personne ne l'a pas vu blessé ou tué. Nous supposions que une balle allemande l'a frappé et il est allongé quelque part dans les ruines. Après la guerre, il s'est avéré qu'il a eu de la chance. Il est venu d'Ukraine et il a parlé ukrainien. Les Allemands qui l'a attrapé ils avaient dans leurs groupes les Ukrainiens. Le garçon a commencé à parler dans leur langue maternelle et n'a pas été tué sur place. Ils l'ont pris avec eux, comme un otage. Heureusement, il a survécu à la guerre.
         «Chrobry II» couvrait une vaste zone de son fonctionnement qui s'étendait la longeur de la rue Marszałkowska, Królewska, Grzybowska, Towarowa et puis avenue Jerozolimskie. Au total six compagnies ont participé. Juste dans l'ancienne gare près de coin de Chmielna, Marszałkowska i Aleje il y avait le groupement «Gurt». Dans la rue Towarowa il y avait des insurgés aussi. Souvent je courais là-bas avec des dépêches. Le commandement était dans la rue Żelazna. Plus près d'Aleje Jerozolimskie il y avait le détachement «Warszawianka» de Forces Armées Nationales. Puis ils ont rejoint le groupement comme la deuxième compagnie. Au début de l'Insurrection ils ont gagné le bâtiment WIG dans l'avenue Jerozolimskie. Il était en face de la nouvelle station, qui a été détruite plus tard. Malheureusement, cet objet n'est pas été maintenu, ils ont dû se retirer.
         En face de «Warszawianka», de l'autre côté de la rue Żelazna il y avait un bureau de poste, non encore mis en service. C'était un beau bâtiment énorme, équipé avec des différentes caves et des couloirs. La troisième compagnie «Zdunin» a été placé là-bas. «Chrobry II» occupait les autres bâtiments stratégiquement utiles.



Le bureau de poste gagné pas les insurgés

         La plupart des insurgés de «Chrobry II» était très jeune. Nos commandants étaient plus âgés que nous et bien préparés pour combattre dans une ville. Ils pourraient bien diriger la lutte pour minimiser la perte des insurgés. Chaque action a été d'abord analysée dans cette manière.
         Notre compagnie a participé à plusieurs actions intéressantes. Dans les premiers jours de l'Insurrection, nous avons participé à la prise de la caserne de police dans la rue Ciepła. Dans les grands bâtiments nous avons trouvé des uniformes de policiers qui nous a permis d'unifier nos costumes. Jusqu’à ce moment-là presque tout le monde étaient dans leurs propres vêtements. Les filles ont été donnée des grands pulls bleu que ressemblent à manteau plutôt. Les hommes ont commencé à ressembler à l’armée. Une partie des insurgés à Wola portaient les uniformes allemands - panterka ( Le nom vient du motif d'uniforme). Certains ont même eu des casques allemands avec les blanc-rouge brassards sur eux.
         Notre compagnie a aidé à la prise de PAST-a. Après deux jours de combats le regroupement «Kiliński» ont subi des pertes très lourdes. Un connecteur est venu et a demandé notre commandant de l'aide. Le commandant a été d'accord et nos soldats ont rejoint le combat. Là, j'ai vu de près le premier tué. Juste à côté de moi ils ont tué mon meilleur ami, le garçon de 16 ans.
         Nous sommes montés sur les escaliers en colimaçon. Les allemands nous attendaient en haut et ils ont commencé à tirer. Mon ami a été littéralement coupé en deux par les séries de PM. Première fois de ma vie j'ai vu le mort à qui littéralement je suis venue de parler. C’était une expérience terrible pour moi. J'ai toujours devant mes yeux son corps massacré. Plusieurs années après la guerre nous avons eu quelques problèmes avec «Kiliński». En plaçant une plaque commémorative ils ont «oublié» le sujet de notre participation. A bord il y avait déclaration évasive «et les autres détachements». Et là, beaucoup de nos collègues ont été tué.
         À la fin d’août, nous avons commencé à traverser le jardin Saski vers la vieille ville. Ceci devait être une effort commun des insurgés de la vielle ville et le centre et organisé par le colonel «Wachnowski». Malheureusement, l'organisation a échoué. On s'est trompé avec des heures d'attaque. Le détachement de la vieille ville a commencé l'attaque d'environ 2 heures plus tôt. Ils ont été presque tous tués. Plus tard après 2 heures, nous avons commencé et la situation s'est répété. C'était le 31 Août 1944.
         À la fin de septembre un connecteur est venu pour nous dire que dans les caves d'usine où nous stationnons il y a des armes produites dans l'usine secrète. Elle a fonctionné encore lorsque le ghetto existait. Aucun des fabricants d'armes n'ont pas atteint le lieu au début de l'insurrection. Une pitié. L'arme serait très pratique. On l'a découvert environ 20 Septembre, un peu avant de quitter l'établissement.
         Faibles quantités d'armes ont été partiellement complétés par les rejets. Malheureusement, les plateaux ont été larguées par les alliés parachutés à haute et très souvent sont tombés sur les positions allemandes. Les Russes volait à basse altitude kukuruźniki ( type d'avion) surtout la nuit. Ils ont jeté armes et nourriture dans les bacs sans parachutes, laissant sur des cordes spéciales. Le résultat était que lorsque on a ouvert le plateau qui est tombé sur le trottoir, il s'est avéré que l'arme est gravement endommagé et parfois la nourriture était impropre à la consommation.
         Sur le terrain du groupement il y avait plusieurs endroits où les professionnels ont fait des miracles réparant des armes endommagées - les rejets et capturé. Il y avait aussi des usines de grenades qui ont essayé de compléter la manque d'armes légères. Des grenades ont été réalisés dans des sacs ou des boîtes de conserve. L'endroit bien connu dans notre région a été situé dans la rue Sienna. Malgré l'armement pauvres nous avons maintenu la zone qui nous est assignée pendant les 63 jours entiers. Nous, les agents de liaison, nous n'avions pas le droit de porter les armes. Nous avons eu les grenades seulement.
         Les agents de liaison apportant des rapports ne pouvait pas avoir avec elles aucun papier. Elles ont eu besoin d'apprend le contenu de rapport par cœur. Le passage de l'autre côté d'Avenue Jerozolimskie était très difficile et dangereux. Le chemin de fer diamétrale se dirigait d'un demi-mètre sous le sol sous les voies de tramways actuels. Le tunnel a été séparé de la surface par la dalle de béton. On ne pouvait pas faire l'excavation. Seulement dans la rue Krucza il y avait un peu profond chemin par l'avenue. Il y avait la gendarmerie, qui à son tour laisser de passer des personnes. De Polonia et de BGK ils ont constant tiré de mitrailleuses. Les gendarmes comptaient intervalle entre les coups. Lorsque une pause convenable suivie entreles coups ils ont laissé passer quelques personnes.



Le passage dans l'avenue Jerozolimskie

         Nous sommes venues dans la rue Krucza où nous avons dû apporter le message pour général Bór-Komorowski. Son siège était dans la rue Mokotowska près du Plac Trzech Krzyży. Dans la cour il y avait une petite maison à trois étages (elle est encore là). Sur le chemin «une vache» a frappé dans un bâtiment dans la rue Krucza, quand nous étions à proximité. Nous étions très sales, couvertes de poussière. Je me souviens les soldats nous ont dit: «lavez-vous si vous allez voir le commandant. Nous ne pouvons pas vous laisser entrer dans cet état.»

         [Vache - il s'agit d'une balle provenant d'une fusée de mortiers lourds, appelé «la vache» ou «l’armoire» à cause des ses bruits que elles fasaient en volant. Les réservoirs ont fait la destruction massive. A.B.]

         Nous l'avons fait puis nous ont signalé au général. On lui a donné le message. Le général Bór-Komorowski nous a demandé la situation en première ligne. Qu'est-ce qui se passe chez nous. Il était très sympathique.
         Puis nous sommes rentrées. Sur le chemin du retour, au coin de la rue Świętokrzyska j'ai été blessée à la jambe par une dum-dum balle. Il s'agissait d'une balle pulvérisation, qui m'a laissé dans le genou un tas de tessons minuscules. Je suis allée voir un médecin qui a lavé ma blessure un peu. Je n'ai pas été blessée assez pour aller à l'hôpital je pourrais bouger jusqu’à la fin de l'Insurrection.
         Pendant l'Insurrection dans tout «Chrobry II» il y avait environ 3500 personnes. En plus de soldats organisés en compagnies il y avait des gendarmes, P-Ż (l'aide féminin aux soldats) et d'autres services. Dans ma compagnie il y avait environ 200 personnes. Plus tard, on a re-créé une liste de tous ses membres. Certains noms nous n'avons pas pu déterminer. Nous avons réussi à compter que dons notre compagnie il y avait 201 personnes.
         Nous avons eu le commandant merveilleux. Il avait plus que trente ans, tout comme mon père, et il était très attentionné.



Lieutenant «Prawdzic» (blessé à la tête) avec un insurgé inconnu

         A force de ceci beaucoup d'entre nous a survécu à l'Insurrection - plus que 2/3 de personnes. Plusieurs sont morts plus tard, après l'insurrection, dans les camps, de blessures et d'épuisement. Avec son commandant unique, toutes les actions étaient tellement préparé que, en général, ils n'étaient pas plus que quelques blessés. La plupart des infirmières ont été tuées. Elles ont apporté les premiers secours aux blessés au combat. Souvent, à ce moment quand elles se sont approchées d'un blessé, le feu a recommencé tuant une infirmière et un blessé. La plupart d'agents de liaison ont survécu.
         Pendant les combats le commandement nous a rendu visite parfois. Une fois, le général «Monter» est venu. Il avait l'habitude de venir de nulle part, sans préavis. Il a regardé au notre siège, a demandé aux soldats comment ils vivent, comment ils dorment, comment ils se sentent. Il a posé des questions au sujet des commandants. Notre commandement à son tour, a organisé une séance d'information avec les commandants de compagnies et d'autres officiers, discuter de la situation et les questions relatives à la lutte. Je pense que nos commandants étaient bien préparés et nous avons essayé de remplir les tâches du mieux que nous pouvions.
         Il faut noter que que dans notre groupe il y aient de nombreux bénévoles. Beaucoup d'entre eux étaient de jeunes garçons. Pendant l'occupation ils aident leurs familles financièrement, étant parfois les seuls soutiens de famille. Une façon de gagner sa vie volait des wagons allemandes.
         Il y avait les wagons différents avec la nourriture pour l'armée allemande qui sont allés au front de l'est. Les garçons dans la nuit ont ouvert ces wagons et ont pris leur nourriture. Ensuite ils l'ont donné ses parents ou vendu. C'était une occupation très dangereux, parce que pendant les nuits les patrouilles de train allemands ont tiré sans préavis. Je me souviens une fois on a ouvert le wagon qui était plein de tortues. Tout Varsovie plus tard a mangé une soupe de tortue. Ceux qui ont vu le film «Café pod Minogą» pourraient se souvenir comme les tortues ont été négociés sur les marchés.
         Ces braves garçons se sont battus plus tard dans les rangs des insurgés. Ils n'ont pas eu de peur et même probablement pas conscience du danger. Je me souviens d'un petit garçon, il avait le surnom de «Pestka» et il avait âgé de 9 ans. Il est venu aux nos commandants et il a dit qu'il aura un soldat. Ses frères sont déjà allés à l'Insurrection et il ne sera pas assis à la maison.
         Le commandant avait une longue conversation avec lui. Il était un grand garçon mince, très agile. Après quelque temps sa mère est venue voir le commandant. Ella a dit que tous les fils participaient à l'Insurrection et celui est le plus jeune, ensuite elle a demandé le commandant de l'envoyer chez eux. «Pestka» a déclaré qu'il est soldat et il va pas rentrer à la maison.
         A ce moment les Russes ont jeté l’approvisionnement près de la place Grzybowski. Les cordes du conteneur étaient emmêlés dans le buissons, on ne pouvait pas les bouger. «Pestka» a dit qu'il va y ramper et prendre le conteneur parce qu'il y a dedans certainement la bonne nourriture. Le commandant l'a interdit sévèrement. Les Allemands observaient ce qui se passe dans la place. Comme ils aperçoivent un mouvement il vont commencer à tirer . Le garçon a dit que certainement rien va se passe. Le commandant a répété l'interdiction.
         On sait c'est comment avec jeunes. «Pestka» a attendu jusqu'au coucher du soleil et a rampé près de buissons. Il a commencé à tirer des liens, les buissons se balançaient et les Allemands, comme on pouvait s'y attendre, ils ont laissé la série avec une mitrailleuse. Le garçon a été blessé à la fesse. Il s'est levé et a crié: «Ces coquins, commandant regardez ce qu'ils ont fait» Le commandant a crié, «Allonge-toi immédiatement, parce que ils vont te tuer».
         On l'a emmené sur notre position. Mais lui, blessé, n'a pas lâché les cordes. Le conteneur a été obtenu par nous. Malheureusement, il y avait juste grains et quelques biscuits, une arme traditionnelle a été détruite. Il est rare que avec des armes soviétiques on pouvait les réparer.
         Pendant l'Insurrection «Pestka» est venu parler à moi un jour et il a dit: «Vous êtes un peu plus âgés que moi donc je ne vais pas vous dire [tu], mais vous voulez que je vous dise tante?». Je lui ai répondu que je veux.
         «Pestka» a survécu à la guerre. Il est diplômé d'une école maritime et a navigué comme marin sur des navires marchands. Une de mes collègues a été sur la côte il y a quelques années. Élégamment habillée elle marchait dans la rue. Soudain, elle a aperçu que'un marin la suit. Elle essaya de le perdre mais sans succès. Soudain, elle a entendu une voix en arrière «Tatie, c'est moi...[Pestka]».
         Dans le siège principale dans la rue Wielka la cuisine provisoire a été installée. Dans un énorme chaudron on bouillait des bouillies appelée bouillie-cracher. Elle était servie aux postes. Elle venait de la brasserie Haberbusch. Au début de l'Insurrection des garçons l'ont apportée dans des sacs sur leur dos à l'administration centrale et dans cette façon on avait quelque chose à manger.



Transport du grain de la brasserie Haberbusch

         Chez nous, on ne pouvait pas allumer un feu. Les Allemands immédiatement pourraient compris où nous sommes. Nous étions assis à nos postes les plus calmes que possible. Il y avait un garde sur l’appel tout le temps regardant si les Allemands n'ont pas fait une manœuvre. Chez Jarnuszkiewicz il y avait une énorme porte. Dans la porte était tout le temps quelqu'un qui écoutait de ce qui arrive de l'autre côté de la rue.
         Dans le terrain de l'usine il y avait des pompes. Ainsi, il était possible de boire de l'eau et se laver. Entre les gardes on pouvait dormir sur la paille dans les salles du rez-de-chaussée. Bien sûr, les soldats dormaient dans ses vêtements, prêts à tout moment à l'action.
         Dans le centre-ville ils ont eu le charbon. Il était utilisé pour chauffer des chaudières dans lesquels la nourriture était cuite. Également ils ont utilisé des briquettes et bois de foyers brisés qui étaient nombreux dans la région. Dans les ruines il y avait aussi des volets, fenêtres, chaises. La rue Pańska a été presque entièrement détruite. Devant la maison où j'ai vécu, «la vache» a tapé en la détruisant complètement. Lors d'explosion beaucoup de personnes ont été tuées.
         Comme j'ai mentionné précédemment, dans notre groupement il y avait surtout de bénévoles. Le groupe était très diverse, mais la plupart d'entre eux étaient des gens très jeunes. Il n'y avait pas de problèmes ethniques ou religieux. Tous ont été traités de façon égale par les commandants et les collègues. Notre commandant dit que nous sommes tous ses enfants. Dans notre groupe il y avait quelques Juifs libérés au début d’août de Gęsiówka. Ils se sont battus avec nous jusqu'à la fin. Ceux qui sont allés en captivité, ils étaient dans le camp protégé par d'autres collègues.
         Il y a quelques années, Gazeta Wyborcza a publié un article dans lequel il a été constaté que pendant l'Insurrection dans notre région, les insurgés ont tué des Juifs. La vérité est un peu différente. Dans une rue il y avait une maison de laquelle un mur était juste à côté du terrain d'ancien ghetto. Il y avait un Juif, qui venait souvent parler avec nous. En traitant les bonbons aux garçons, il a demandé combien nous sommes, quelle arme nous avons, ce que nous prévoyons bientôt. Il était tailleur. Il a eu dans sa maison dont j'ai déjà parlé une grande armoire remplie de vêtements. Comme il s'est avéré dans l'armoire il y avait petite porte par laquelle il traversait notre terrain jusqu’à la zone occupée par les Allemands. Il leur a donné les information à notre sujet obtenues de garçons naïfs. À la suite de ses dénonciations certains de nos soldats sont morts.
         Après la révélation du vrai visage de l'espion il a été jugé par une cour martiale et condamné à mort. La sentence a été exécutée. Il n’était pas un meurtre du homme de nationalité juive mais la liquidation d'un dangereux informateur allemand.Je ne sais pas ce qui a causé le comportement du Juif. Après tout ce temps, il savait très bien comment les Allemands se comportaient envers les Juifs.
         À la fin de l'Insurrection on a évacué les civils de notre zone. Dans le sous-sol les mères avec les enfants, des vieillards ont vécu qui n'avaient ni eau, ni la possibilité de cuisiner. Ils n'étaient pas capables de survivre dans ces conditions, bien que le sous-sol était relativement sans danger.
         Initialement la population civile était enthousiaste vers nous, prête à aider. Avec le temps cette attitude a commencé à changer. Civils martyrisés n'avait rien à manger, ils n'avaient aucun endroit pour dormir. Ils étaient plus réticents même hostile. Ils ont commencé à insulter les soldats: «Qu'as-tu fait le meilleur?!» Nous nous sommes sentis ridicule et pourtant nous n'étions pas coupables, nous nous sommes battus pour la libération de la ville.

         Une résidente de Varsovie rappelle que lors de l'insurrection était une petite fille:
         J'ai survécu à l'Insurrection comme un enfant de 9 ans dans la rue Grzybowska coin de Wronia. Il y avait une barricade et un grand feu. Nous avons vécu dans notre rue sur la gauche, littéralement, sur le coin Wronia dans une grande maison. Maintenant, il n'y a aucune trace de lui, maintenant il y a un square peut-être. La barricade a été construite à travers de la rue. Les civils se sont réunis à des abris qui avait été avant les entrepôts de brasserie Haberbusch. Les entrepôts de brasserie et des grandes maisons étaient situés sur le côté droit de la rue. Dans les entrepôts les matelas ont été mis par terre et les civils y ont dormis. L’alimentaire venait de la brasserie. Les groupes d'enfant y courraient et emmenaient le sucre et la bouille.
         J'avais une sœur de dix-huit mois. Mon père obtenait parfois du lait de chèvre. Près de la rue Kolejowa, dans l'autre cote de la gare il y avait des chèvres au pâturage. Il y avait quelques petites maisons et des jardins. Maintenant, il y a encore quelques buissons. Mon père est y allé pour obtenir un peu de lait pour le bébé.Les autres personnes ont fait le même.
         Une fois quand éditeur Budrewicz a été demandé quel monument n'est pas encore à Varsovie,il a déclaré qu'il n'y a pas de monument d'une chèvre. Ces chèvres ont sauvé la vie de nombreux enfants à Varsovie.
         Lorsque on arrêtait de tirer les enfants couraient partout. Ils sont sortis de leur abris et couraient d'un côté de la rue à l'autre.Les avertissements de leur parents n'ont pas aider. Parfois, ils ont gagné un peu de nourriture de maisons abandonnées. Parfois, les insurgés leur ont demandé de transmettre un message à un établissement voisin. Passe-temps favori était de surmonter des passages souterrains. Entre les maisons il y avait des trous et on pouvait aller à pied jusqu’à la rue Żelazna. Et les enfants ont couru par là.
         Dans la zone Dworzec Zachodni (Gare de l'Ouest) il y avait une position de l'artillerie allemande. Je me souviens encore le sentiment terrible quand ils ont commencé le feu. Tout le monde se cachaient où ils pouvaient. Une des explosions complètement détruit notre cuisine dans la cour où on pouvait faire cuire quelque chose de chaud, pas tous les jours, de temps en temps. La balle l'ont complètement détruite et la bouillie était perdue.




Une cuisine provisoire

         Nous étions à l'abri jusqu’au 17 août 1944, 14 ou 15 août la maison a effondré puis elle a allumé entrepôts Haberbusch C'était quelque chose de terrible. Les insurgés se sont retirés. Les Allemands nous ont fait sortir de tous les abris, les caves. Dans même endroit il y avait une grande groupe de personnes. Ils ont séparé les hommes qui devaient être tirés juste à côté de la barricade. Parmi les autres dans ce groupe était mon père.
         Les femmes et les enfants sont allés à pied à l’église de Saint Wojciech, les hommes sont restés. Il s'agit d'une photographie, montrant une grande foule de gens qui marchent. Il n'y pas du tout des hommes. Certains ont demandé pourquoi c’était dans cette façon. C'est peut-être une photo de notre groupe.




L’église de Saint Wojciech

         Le lendemain matin nos hommes sont arrivés à l’église de Saint Wojciech. Il s'est avéré que parmi les détenus il y avait quelqu'un qui parlait bien allemand. Il a réussi à expliquer à un officier allemand que ils sont les civils innocents. Lui, il a arrêté les actions des Ukrainiens (comme les gens les appellent) inclus dans les troupes allemandes.
         Puis tous ensemble étaient obligés d'aller à pied à Pruszków. Dans les halls bondées du monde à Pruszków chacun recherchait un peu d'espace sur le béton pour s'allonger. On y était 5 jours. Chaque jour, il y avait des sélections. Les jeunes hommes et jeunes femmes ont été déplacés quelque part. Mon père a été déporté dans un camp de travail près de Lipsk. Dans les wagons nous sommes allées au village dans le voïévodie Łowickie. Là, on cohabitait avec un paysan local. Les réfugiés de Varsovie ont été obligés d'habiter avec les gens locales à différents foyers. Après avoir obtenu les cartes pour le pain ils ont arrêté de s'occuper de nous. Les hôtes locaux étaient très gentils. Ma mère était vraiment malade. Nous avons mangé tout le temps la soupe de citrouille ce qui aujourd'hui je ne peux pas supporter. De là, nous sommes retournées après un certain temps près de Varsovie, à Żyrardów.


         La population civile qui a été évacuée à la fin de l'insurrection est allée sur Powiśle. Là, il était difficile, mais après tout il était plus facile à vivre que chez nous. Plus tard, en tant que civils venant d'autres districts de Varsovie ont été envoyés au camp à Pruszków. Notre région était vide. Il y avait que l'armée. Se promenant dans les rues désertés on a vu les ruines de bâtiments brulés. Parfois,on est passé par toute la rue sans voir un être humain vivant.
         Il y avait de moins en moins de nous. Nous avons été relégués à la rue Królewska près de Zielna. Notre place a été prise par une autre branche. C'était quelques jours avant la fin de l'Insurrection. Nous avons reçu un siège là, dans une petite villa. Nous avons été là pendant la capitulation. Pour capituler nos soldats sont allés à la région près de la rue Twarda. Il y avait également des autres endroits dans'autres parties de la ville.
         Le commandement a donné un ordre que les jeunes qui ont moins que 16 ans vont partir de Varsovie avec la population civile. Les autres sont allés aux camps de prisonniers: les soldats à stalags et les officiers à oflags.
         Selon d'ordre moi avec mon amie sommes allées avec la population civile au camp à Ursus. Les halles du camp à Pruszków étaient déjà surpeuplées, du coup ils ont créé un camp similaire à Ursus. Ce fait est pas bien connu, beaucoup de gens pensent qu'il y avait un camp pour les personnes déplacées en provenance de Varsoviet seulement à Pruszków. J'ai encore un certificat de mon séjour dans le camp de transit à Ursus, avec un timbre énorme allemande.

    

Le certificat du camp à Ursus

         Dans le camp fonctionnait une commission médicale où il y avait les médecins qui travaillent dans la conspiration. Ils ont donné aux jeunes garçons et filles des preuves d'un état de santé fatale qui les disqualifiant comme incapable de travail forcé. Les titulaires de ces certificats ont été libérés du camp. Je suis restée avec mon amie devant ce comité et nous avons reçu le certificat que nous sommes gravement malades de la fièvre typhoïde, et nous devons être immédiatement libérées du camp.
         La nuit noire, je m'en souviens très bien,la gradne porte s'est ouverte devant nous et nous nous trouvées à l'extérieur. Absolument aucune idée où nous étions. Je ne savais pas d'alentours du Pruszków et Ursus. Pas loin d'ici,à Komorów, avant la guerre, mes parents avaient une villa mais je ne savais pas trop comment y arriver. Nous avons avancé sur la voie ferrée. Nous avons quitté Pruszkow et nous avons marché dans l'obscurité totale.
         Après un certain temps j'ai réalisé que nous sommes à la frontière de Komorów. D'une certaine manière nous sommes arrivées à la maison de mes parents. J'ai trouvé là-bas ma cousine. Plus tard la prochaine partie de la famille est arrivée qui de diverses manières a atteint à Komorów. Ma mère est y également arrivée. Elle a réussi de sortir du camp à Ursus grâce à des contacts souterrains. Pendant l'Insurrection on n'a pas eu pratiquement aucun contact. Seulement une fois quand le commandant de mon unité après une réunion avec le commandant de la branche où ma mère a servi, il lui a donné des informations que je vais bien et j'ai reçu un message similaire.
         Certains de mes amis sont allés à Auschwitz plus précisément à Birkenau. Les autres ont été transportés à Cracovie où ils étaient dans des camps de transit,après ils ont été envoyés à travailler pour les agriculteurs polonais.
         À l'automne de 1945 mon père est retourné de Buchenwald qui était libéré par les Américains. Les prisonniers survivants étaient dans un état tel que les Américains ont décidé de ses occuper d'eux pendant un certain temps. Mon père est revenu avec un visage si plein que ma mère quand elle l'a vu à la porte, elle s'est évanouie. Elle ne pensait pas que cela pourrait ressembler à un prisonnier du camp de concentration, elle pensait que c'était un fantôme. Depuis de nombreux mois que nous n'avons pas reçu des messages de lui,on ne savait pas s'il est vivant.
         Le 18 janvier 1945, le lendemain de la libération de Varsovie, moi et mes collègues sommes allés la ville. Nous avons marché sur la file d'attente de WKD. Varsovie continue à brûler. On est venu jusqu'à la place de Zawisza. Prochaine rue était en ruines.

    

Jolanta Kolczyńska dans les ruines de la rue Świętokrzyska, le coin de Wielka, 1945

         Dans l'avenue Jerozolimskie toutes les maisons jusqu'à la Place de Starynkiewicz brûlaient. Après avoir marché sur des tas de décombres nous sommes arrivés à la Place Grzybowski. Il était une grande ruine, l'église et tous les bâtiments tombés.



Dans les profondeurs des ruines de l’église St. Zbawiciel

         Les Russes ont cri : «C'est interdit d'y aller! Les mines! Il faut faire attention.» Mais nous avons dû voir notre quartier. Mon ami a eu un appareil photo et il a pris quelques photos. Il avait l'air horrible, un tas de gravats.



Une autre partie de Śródmieście

         J'avais 16 ans et 2 mois. Quand la nuit est tombée nous sommes retournés à Komorów.
         Les sœurs Szachtmajer ont commencé une activité scolaire à Komorów. Elles ont loué en bâtiment et en janvier les classes scolaire ont été réactivées. J'ai recommencé mes études interrompues par le déclenchement de l'insurrection. En 1947,j'ai reçu mon baccalauréat. En 1948, l'école a été fermée et le bureau de Varsovie a été repris de ses propriétaires à cause du décret de Bierut. Jusqu'à présent, la Fondation et des anciens élèves essayent de réoccuper la propriété des sœurs Szachtmajer.
         En 1947 nous sommes definivement revenus de Komorów à Varsovie. Mon père travaillait comme économiste. Nous avons reçu un appartement dans un immeuble nouvellement construit du Central National de l'économie à la place d'Unii Lubelskiej. J'y habitait pendant 17ans. C'était un beau appartement à deux niveauxau 5ème et 6ème étage avec des escaliers internes. Ma mère avait là un atelier de peinture. Diplôméé de l'Académie des Beaux-Arts de Varsovie en 1939, l'université a été situé au Wybrzeże Kościuszkowskie et coin de Tamka.



Gabriela Zawadzka devant son chevalet

         Juste après la fin de l'Insurrection on a décidé que nous n'allons pas parler de notre activité des insurgés. Officiellement nous l'avons dit dans les années soixante-dix, quand il y avait une possibilité d'obtenir les droits des anciens combattants. Au cours de la vérification, il était nécessaire d'obtenir un certificat des personnes avec lesquelles on était en contact direct pendant l'insurrection dans le «Chrobry II».
         Il faut noter que pendant l'Insurrection j'avais 16 ans et les répressions concernaient plutôt les personnes plus âgées. Ma mère a été arrêté et interrogé dans un bâtiment dans la rue. Rakowiecka. Après cette visite,elle m'a sévèrement ordonné de détruire ma carte de l'armée, qui a survécu à l'insurrection. C'était en 1947. Juste au moment où nous avons reçu l'appartement. J'ai offert à cacher la carte par exemple en soulevant l'un des planches de sol. Ma mère s'est fortement opposé: «Je ne suis pas d'accord, tu ne sais pas ce qu'ils font.» Elle a été horrifiée par ce qu'elle a y vu pendant les interrogatoires. Donc ma carte a été détruit,elle n'a pas survécu jusqu'à aujourd'hui.


Jolanta Kolczyńska

traduction : Agnieszka Balcerak



      Jolanta Zawadzka-Kolczyńska le nom de jeune fille Zawadzka
née 16.11.1928 à Varsovie
soldat de l’Armée de l’Intérieur, l'agent de liaison, pseudonyme «Klara»
sixième compagnie «Jeremi»
groupement de l’Armée de l’intérieur «Chrobry II»



         L'auteur des souvenirs a reçu les nombreux distinctions, dont: Médaille de l'Armée (1948 à Londres), Croix d'Argent du Mérite (1975), Médaille de la Victoire et la Liberté (1976), la Croix de l'Insurrection (1982), la Croix Partisane (1983), la Croix-AK (1984 Londres); la Croix de la Polonia Restituta (1982), Médaille pour Varsovie (1985), la Croix d'Officier de Polonia Restituta (1999). En 2004, Jolanta Kolczyńska a reçu l'Ordre Polonia Restituta.
         Jolanta Kolczyńska a également reçu deux médailles de la Résistance française: Croix Commémorative ZUPRO (1959) i Médaille de Reconnaissance (1979).

    

médailles de la Résistance française






Copyright © 2012 SPPW1944. All rights reserved.